........Le rugby a de tout temps eu ses penseurs/précurseurs. Pierre Conquet-le Carcassonnais en est un. Le voilà à la tête du Fc.Grenoble qui vient défier l’Usap sur ses terres pour l’ouverture du Championnat le 23 septembre 1973. C’est ce jour que Pierre Conquet choisit pour expérimenter sa dernière trouvaille : la mêlée à 3… Oui, 3 joueurs en lieu et place des 8 habituels.
........(Fort du principe que l’on peut jouer des touches raccourcies.) Partant du fait que le règlement interdit à l’adversaire de pousser en mêlée avant l’introduction du ballon par le demi de mêlée et que ce même demi de mêlée a la possibilité/le devoir de jouer vite ce ballon dès qu’il est talonné, Pierre Conquet se pose la question : « Pourquoi consommer 8 avants dans une phase de jeu où 3 suffisent pour s’approprier le gain du ballon. Les 5 autres, ainsi libérés, seront plus efficaces dans l’utilisation de ce ballon chèrement gagné ».
........C’est à Aimé-Giral que l’idée sera expérimentée. Pierre Conquet l’a ainsi décidé. L’expérience est d’ailleurs annoncée à grand renfort de publicité dans la Presse. On va voir ce que l’on va voir !… En cours de rencontre, M.Doit, arbitre du Comité de Côte d’Argent, siffle la première mêlée introduction Grenoble à 15h12 du dimanche 3 septembre 1973. C’est le moment M du jour J dans ce qui est présumé être le grand tournant novateur du rugby de demain. Fini le rugby de grand-père !… 3 Grenoblois font face à 8 Usapistes. Le ballon est introduit dans ce qui ne ressemble plus au type de mêlée que nous connaissons… M.Doit trouve l’introduction (en mêlée) du demi (de mêlée) Pierre Sambucco litigieuse et siffle pénalité en faveur de l’Usap. Idem aux deuxième et troisième mêlées… L’Usap met à un certain moment 5 des siens contre les 3 adversaires qui persistent dans une initiative qui… tourne au fiasco. Devant des spectateurs peu convaincus, voire incrédules. Et qui ont un temps copieusement sifflé l’initiative. Es pas rugbi, aixo ! Jo tu dic.
........L’Usap a remporté ce match d’ouverture. Petitement, il faut bien l’avouer : 7 à 3. Un essai de Guy Manya (qui rapporte à présent 4 points) et un drop-goal de Jeannot Lopez… Et je n’ai plus entendu parler de la mêlée à 3. Après avoir fiasco, elle a fait long feu. Elle a aussi fait peine… Les penseurs ne sont pas toujours/ne sont toujours pas compris. A deux doigts d’être incompris. C’est peut-être dommage.

..........................................................................................................C.Achère