........Lucien Mias ! Lucien Mias, né à Saint-Germain-de-Calberte en Lozère, est… Catalan, fruit des amours de Pierre Mias, natif d’Arles-sur-Tech, et Marie Maségur qui vit le jour à Prats-de-Mollo… Le Catalan Lucien Mias n’a jamais joué au rugby pour un club de chez nous. A Narbonne et Mazamet, oui par contre ! Au gré des mutations de son père, fonctionnaire dans la gendarmerie.
........Le 13 janvier 1951, le XV de France joue contre l’Ecosse sur le stade Yves-du-Manoir à Colombes. Les sélectionneurs français ont mis la carcasse de Lucien Mias (1m87, 95kg) dans leur pack. Le bougre a 20 ans et toutes ses dents. C’est sa première sélection. Il est chaud bouillant et se dépense sans compter ses efforts sur le terrain qu’il balaye de sa classe. En première période, d’une charge rageuse, il propulse son quintal en but pour son premier (et… seul) essai international. La foule exulte, qui ovationne ce petit jeunot sous l’étoffe duquel elle devine un futur Grand du rugby.
........Cet essai, il faut le transformer. C’est Peyo Alvarez, de Tyrosse, qui s’y essaye… Il place le ballon. Prend ses marques. Se concentre. S’élance. Frappe. Le ballon passe entre les poteaux, au-dessus de la barre transversale… Conversion refusée par l’arbitre Tom Pearce. ?... Homme à la vue « pearçante », il a vu, dit-il, un Ecossais qui chargeait toucher le ballon botté de la main. Du petit doigt de la main. (Pareille mésaventure est arrivée il y a peu en toute fin de match de Top 14 au Stade toulousain.) Donc, elle ne peut être accordée.
........Péripétie qui n’a pas empêché les Français de s’imposer (14 à 12)… A ranger dans le grand tiroir qui archive les misères que les directeurs de jeu britanniques ont faites et continuent de faire aux Français. Oh les méchants pas beaux !

...............................................................................................................C.Achère