........De nos jours, on les appelle « les tournées d’automne »… En 1973, le Japon était en tournée en Europe. Le 21 octobre, on lui a opposé une Sélection française, à Perpignan, sur le Stade Gilbert-Brutus. Le côté novateur de la confrontation n’avait pas attiré la grande foule. Il (n’) y avait (que) 2972 spectateurs. Les sélectionneurs avaient pourtant pris la peine de donner une coloration thuirino-usapiste à leur formation. Ils avaient offert un maillot à Jean Dunyach, Jeannot Lopez et Gérald Porical. A l’ouverture, au centre et à l’arrière de la ligne des trois-quarts. Roland Génis était aussi prévu. Mais il avait pris épouse et était en voyage de noces. En Grèce.
........Des trois Catalans, c’est (peut-être) Jean Dunyach qui s’en est le mieux tiré (1 transformation et 1 pénalité à son actif) dans une rencontre qui a vu les Japonais virevolter, bondir, sauter, agripper tout ce qui passait à leur portée. Mais force est restée à la France. 29 à 13 au terme des 80 minutes… Un beau moment de rugby !
........Le score aurait pu être plus flatteur pour les Japonais. Ils auraient eu meilleure contenance si les deux buteurs qui se sont succédé face aux poteaux avaient été plus réguliers. Au décompte final, les chiffres sont vraiment calamiteux : 2 réussites seulement pour 15 tentatives (de transformations et de pénalités confondues). C’est du très maigre en pourcentage.
........Les visiteurs trouvèrent l’excuse dans le fait que leur arrière buteur avait été blessé au pays de Galles mais avait tenu à se tester avant de rencontrer le XV de France et à continuer à endosser le rôle de buteur. Il a failli : 1 coup de pied réussi sur 8 tentés… Tu sais comment il s’appelle le bougre ?... Yamamoto !... Véridique ! Absolument véridique !!... Elle était dès lors facile (la vanne) dans les vestiaires français… « Ouf ! Les Japs ont perdu parce que Yaleurmoto Kiaeudératé. »… Ouais ! Ouais, ouais !!%% ...................................................................................;C.Achère