........Dans les années 60/70, il était quasiment habituel (presque routinier) de voir le Bataillon de Joinville (qui regroupait les meilleurs joueurs de rugby effectuant leur moment d’armée) faire une tournée de Printemps en Roussillon. C’est le cas en ce mois de juin 1970. Le Bataillon est à Canet où on lui oppose l’Usap. Où on lui oppose en définitive une Sélection à coloration Usap.
........Parce qu’il y a problème… Le 21 juin (1970), l’Usap fait paraître un communiqué dans la Presse… « Le Bureau de l’Usap informe ses joueurs que la Sélection qui doit être opposée au Bataillon de Joinville a été faite sans l’avis de la direction du club. En conséquence, chaque joueur est libre de jouer ou de ne pas jouer avec ladite Sélection. Le club de l’Usap n’est pas engagé de ce fait. »… Que faut-il comprendre ?... Que l’Usap n’interdit rien mais que l’Usap recommande fortement une non participation.
........Et l’Usap n’a pas été… entendue… Jean-Pierre Puig, Gérald Porical, Francis Capeille, Henri Rabat, Jacques Tisseyre, Michel Izquierdo, Alain Delmas et Roger Baux étaient franchement bleus. Francis Ribère, Christian Matkowki, Jacky Rodor et Jo Maso étaient bleu délavé. Joseph Navajas et Claude Ghelfi allaient bientôt devenir bleu beau bleu.
........Dans ce match qu’ils étaient invités à ne pas jouer, les Usapistes ont brillé. Essais pour Francis Capeille et Michel Izquierdo. 19 à 19 à l’arrivée pour un joli match dont je me demande encore pourquoi le Bureau de l’Usap l’a boudé. A moins que… Relisons… « La Sélection qui doit être opposée au Bataillon de Joinville a été faite sans l’avis de la direction du club. »… Hop, hop, hop ! C’est pas bien ça. Quand on veut la participation de l’Usap, la plus élémentaire des politesses impose que l’on s’adresse à l’Usap… Elémentaire, mon cher Watson !

....................................................................................................................C.Achère