........Jep ! Jep-le-Grand est la tête de proue, leader incontesté de la dynastie. Magicien du ballon ovale, il a illuminé les matchs de rugby tout au long d’une carrière richissime en exploits. Le talent d’or.
........Francis, c’est l’intello. Rugbyman « scientifique » qui exploite ses dons à Paris. Il y conduit une belle (double) carrière (intellectuelle et sportive), à son aise au milieu de ceux qui forment l’intelligentsia de la Capitale et fréquentent le Racing club de France.
........Robert, petit dernier sur l’Etat Civil de Collioure, ferme la marche. Son talent est presque aussi gros que celui de Jep, son oncle, et au moins aussi beau que celui de Francis, son frère.
........En ce début de saison 1950-1951, Robert a signé à l’Usap (que l’oncle Jep entraîne et où Francis n’a jamais joué). Pour sa première apparition sous le maillot de l’Usap, Jep le place à la mêlée lors du match d’ouverture à Limoges alors que Francis, en vacances au Pays, « renforce » l’équipe 2 d’une Usap bis qui accueille le Gallia club Perpignan à Aimé-Giral… Jep, le grand Jep ; Francis, l’intello ; Robert, le petit dernier ! Tous des Desclaux, défendant les mêmes couleurs, celles de l’Usap, le même jour, l’Histoire a voulu que ce soit le 17 septembre 1950. Un jour historique pour la fratrie colliourenque !
........Retrouvera-t-on trois Desclaux sous le même maillot. Vraiment sous le même maillot sur le même terrain ?... Oui, oui et oui ! Le 1er janvier 1957, sur le stade Emile-Py, disent les archives. Ce jour-là, le Collioure sportif défie une constellation de valeureux anciens. Les trois Desclaux (Jep, Francis et Robert) sont associés sous la bannière des « Vielles gloires ». Et là, ils jouent vraiment ensemble, Jep à l’ouverture ; Francis et Robert au centre de l’attaque… Oui, oui et oui encore! Le 26 décembre 1960, sur le stade Emile-Py, une fois de plus. Les gloires du village défient les champions de France de l’exercice avant, en 3ème Série. Francis et Robert sont à la manœuvre chez les Ex, épaulés par leur cousin José (18 ans. Un peu jeune pour un Ancien !), fils de Jep (dont il tient le talent). Jep est, lui, au sifflet. Il s’est dit que son arbitrage fut « partisan ». N’a-t-il pas accordé à son neveu Francis un drop-goal passé trop haut dans les cieux de Collioure pour être validé avec certitude ?... Mais les Anciens ont perdu (9 à 16) au terme d’une « partie de toute beauté. » Justice est rendue sur les terres de Collioure !
.........................................................................................................................C.Achère