........Le rugby est a présent bien ancré chez nous. L’As.Perpignan est en Première Division et y tient bien sa place. La saison avant (1913), elle a disputé la demi-finale du Championnat de France. On ne sait pas encore qu’en fin de la présente campagne (1914), elle enlèvera notre premier titre de champion de France… Le rugby est à présent bien ancré… mais les temps sont durs et le club ne regorge pas de moyens. Pour les entraînements notamment. Comment, par exemple, entraîner les joueurs en soirée alors que la nuit est tombée depuis longtemps ?... Heureusement il y a dans Perpignan plusieurs manèges qui bénéficient de l’éclairage. Le soir venu, on met les chevaux au repos dans leurs box et les Aspéïstes bénéficient de l’espace éclairé ainsi libéré pour vaquer (Fernand) à leurs évolutions. Et pourtant, le progrès est là qui pointe le bout du nez.
........Le 10 novembre 1913, sur proposition de M.Audoual, on apprend que « les séances d’entraînement n’auront plus lieu au Manège mais sur le terrain qui sera éclairé par des lampes à arc. » Ah ! L’idée (lumineuse) est « envoyée à la Commission des finances pour examen. » Parce que, c’est vrai, rien de ce qui est novateur n’est gratuit. Il faut voir si la Trésorerie peut suivre.
........Autre apparition de l’éclairage éventuel dans les colonnes de L’Indépendant, le 19 novembre 1913. Un commerçant de Perpignan en profite pour se faire un peu de pub et faire par la même occasion un appel du pied. Viens chez moi, j’ai de belles lampes… « On va éclairer le terrain de l’Asp. Ce projet qui était dans l’air depuis quelque temps est en voie de réalisation. On va éclairer le terrain de l’Asp de façon à permettre aux équipiers de s’entraîner la nuit. Nous nous permettons à ce sujet d’attirer l’attention des dirigeants du club doyen sur les nouvelles lampes Z qui sont les plus économiques, les plus lumineuses et par-dessus tout incassables. Voir les modèles chez l’ingénieur électricien Fourty, rue de la Loge. »
........19 novembre 1913… Août 1914 et sa déclaration de guerre ne sont pas loin… « Le stade de la route de Thuir » a-t-il été éclairé entre ces deux dates ? A-t-on laissé la guerre passer ?... ???... Mais « le stade Jean-Laffon », ainsi appelé au sortir de la guerre, a été un jour éclairé. Et tout est parti d’… « une proposition de M.Audoual, le 10 novembre 1913. »… Avant, c’était black is noir. Et on allait au manège à chevaux.

........................................................................................................................................... Jo Socdelac