.......Le Championnat de France 1921-1922 se termine par 2 poules de 5. Les deux classés premiers de chaque poule disputent la finale. L’Usap, encore Usp à ce moment-là, la fusion avec les Quins n’intervenant que 10 ans plus tard, est qualifiée pour une des 2 poules de 5. Quels sont les résultats de ses 4 matchs ?... Victoires à Grenoble et face à Lourdes ; matchs nuls contre Bayonne et à Dax. C’est là un parcours plus qu’honorable qui ne permet toutefois pas à l’Usp de sortir de la poule. Elle se classe 2ème avec 10 points, derrière Bayonne qui en totalise 11… 1 point d’écart… C’est lui qui fait la différence. Le résultat nul du 5 mars 1922 (3 à 3) prend alors l’importance d’une affaire d’état. D’autant que les Usapistes/Uspéïstes se rappellent un incident de jeu colossal. Colossalement colossal.
.......Première période du match. Une mêlée mal équilibrée donne toutefois le ballon à l’Us.Perpignan. Le Catalan Roca en hérite sur passe en avant. Coup de sifflet. Vingt-neuf joueurs s’arrêtent. Sur l’injonction de son capitaine (« Joue ! Mais joue donc ! »), un Bayonnais récupère le ballon, poursuit son action et, sans être véritablement inquiété, marque en toute tranquillité. Sans opposition aucune… Version de L’Indépendant le lendemain… L’arbitre, M.Bioussa, « éprouvé par la mobilité du jeu, énervé, affolé, ne se souvenant pas qu’il a sifflé une faute auparavant », accorde l’essai, « à la grande stupeur des joueurs bayonnais et au milieu des protestations du public catalan » ???
.......Le surlendemain, le directeur de jeu, M. Clovis Bioussa (que les journalistes assurent avoir vu pleurer devant la tribune de Presse à la mi-temps, signe, disent-ils, qu’il reconnaissait son erreur.), donne sa version des faits. « Une maladresse de Roca, immédiatement exploitée par l’Aviron, battit la défense perpignanaise. Je cours à côté du joueur porteur de la balle. Un faible bruit, parti du sifflet que je tiens entre mes lèvres, a – paraît-il – causé l’arrêt des deux teams. N’ayant jamais eu l’intention de siffler, je ne pouvais qu’accorder l’essai. Je reste profondément affecté par cet incident. »… incident qui (A petite (?) cause, grands effets.) coûte une place en finale à l’Usp qui ne peut de la sorte défendre son titre de championne de France acquis en 1921… A quoi tient une saison !
.......Le 4 avril 2015, sur le terrain du Rc.Narbonne, on a donné un nom à ce genre de conclusion : « un essai… fantôme.»… Ouououh ! On se croyait en Ecosse.

...................................................................................................................Jo Socdelac