......Le Championnat de France a mis Marmande-Usap au programme. C’est loin d’être la finale du Championnat du Monde mais c’est une belle affiche. M.Surrowieck est au sifflet. Il est en ce temps un arbitre de belle renommée. Nous sommes le 17 novembre 1985. Et c’est un grand jour. Un grand jour ? Et pourquoi donc ?... Parce que c’est la 8ème journée de la compétition ? Non !... Parce que c’est la 6ème apparition du junior Charles Rebujent en Première et en Championnat ? Non !
......Parce que, pour la première fois, le Loto (sportif), grand habitué des matchs de foot, vient faire un tour du côté du rugby. Il s’agit de trouver les résultats (gagné, nul, perdu) des 16 rencontres de Première Division. Avec la vogue/la vague des paris en ligne de nos jours, vous ne serez certainement pas surpris. En 1985, c’était tout ce qu’il y a de plus novateur. Le 17 novembre 1985 est en cela une journée hautement historique… Mais ça n’a pas duré longtemps. Un seul dimanche et puis point barre... Et pourquoi donc (bis) ? Tout simplement car le rugby des amateurs d’alors était (beaucoup) trop prévisible/lisible et il n’était pas rare que les visiteurs perdent hors les murs et tout aussi fréquent (par conséquent) que les autochtones gagnent at home. C’était le rugby de confort.
......Et ce qui était prévisible/prédit/prévu fut réalisé à la perfection en ce 17 novembre 1985 : 16 matchs, 15 victoires à domicile. Le trouble-fête ?... L’Usap qui réalisa le match nul : 9 à 9 après avoir mené 6 à 0 à la pause. 3 pénalités (Jean-Marc Bourret, Philippe Fernandez x2) à 1 essai transformé et une pénalité. L’Usap faisait le buzz, comme on ne disait pas encore.
......Un ticket validé gagnant (ne) rapporta de la sorte (que) 1.500 francs (puisqu’on payait en cette monnaie en ces temps, préhistoriques aux yeux de la génération Euro). Petit gain puisqu’il y avait beaucoup de gagnants qui ont dû se partager le même gâteau… Dans le lot(o), il y eut un petit malin : Jo Maso. Ah ?!?... Il avait validé… deux… tickets gagnants. Il gagna donc deux fois et doubla ainsi son gain. 3.000 francs. Pas de quoi faire la nouba. Juste assez pour offrir le restau et des fleurs à Madame… Un bon restau et un beau bouquet quand même !

...................................................Jo Socdelac