.......L’an du rugby 1972/1973, l’Usap participe à 4 compétitions (C’est le record sur une saison!) : Championnat et Challenges Du-Manoir, Béguère et Cadenat, qui lui font jouer… 32 matchs. Pas mal pour des amateurs et ça fait beaucoup de dimanches hors maison, avec des épouses qui servent de la soupe à la grimace au retour… Pas sûr quand même puisqu’il y a eu 17 victoires (+ 1 nul à l’extérieur en Challenge), 17 succès dont trois en phases finales du Championnat avec participation à une demi-finale plus un quart de finale en Cadenat et un quart de finale aussi en Béguère. Les primes (de match) ont dû être grassouillettes. De quoi acheter un bouquet de fleurs aux épouses pour agrémenter le retour au bercail.
.......Trêve de plaisanteries… 32 matchs, 32 dimanches, ça fait beaucoup. Il n’y a jamais que 52 semaines dans 1 année… D’autant que le match contre Marmande, à Marmande, est hors ordinaire et à répétition. Reporté à deux reprises, il fallut essayer de le jouer une troisième fois le… 24 décembre de 1972 (alors que ces dames avaient prévu leurs plus beaux atours pour le soir du Réveillon. Faut être belles pour aller danser.)… Mais quand faut y aller, faut y aller et les Usapistes grimpèrent dans le car pour accomplir leur devoir de promoteurs du beau jeu à la catalane. En bon Samaritain, le président Emile Cortade avait quand même tout prévu pour un retour ultra rapide vers les crèches… Repas froid (peu gastronomique) à consommer dans le bus. Pour améliorer l’ordinaire, Paul Foussat avait mis un carton de vin (de Rasiguères) dans la soute. Bonne initiative !
....... Le dimanche prévu, à l’heure dite pour disputer ce match deux fois reporté, je te le donne en mille… : impossible de jouer. Un brouillard à couper au couteau recouvrait le stade. L’arbitre s’est alors dit incapable de distinguer quoi que ce soit et qui que ce soit... Troisième report. De l’inédit dans la grande (et belle) Histoire de l’Usap… Report qui eut l’avantage de précipiter le retour (de près de deux heures) et d’avancer d’autant l’arrivée à Perpignan (Pour le Réveillon de Noël ! Tu me suis ?) Et personne ne fut mécontent.
.......D’autant plus content d’ailleurs, que ce match trois fois remis fut prévu et en définitive joué à la quatrième tentative le 14 janvier 1973. Joué et gagné 16 à 3. 1 essai et 1 pénalité d’Antoine Ibarz plus 2 drop-goals de Paul Foussat et Alex Sobraqués ? Gagné… à l’extérieur (2 succès hors les murs cette année-là. Marmande + Soustons en poule du Championnat) d’où des primes de matchs plus grassouillettes encore. Tu me suis toujours ?... Et ces dames retrouvèrent le sourire.

................................................................... Jo Socdelac