Lorsque j’ai vu que cinq des siens tombaient soit au combat (Dimitri Basilaia, Benjamin Beaux, Karl Château, Henri Tuilagi,), soit sous les foudres de l’arbitre (Jean-Pierre Pérez), je me suis dit… « La troisième ligne est sacrément affaiblie. Tu vas voir, il va falloir utiliser une solution de fortune pour aller à Carcassonne. »… Et ça n’a pas manqué. On a demandé à Romain Terrain d’user de son métier et de faire remonter ses souvenirs de jeunesse à la surface… « A mes débuts, je jouais n° 8 ou flanker. Ce n’est qu’en 2005 que l’on m’a spécialisé au talonnage. »… D’ailleurs, contre Mont-de-Marsan déjà, le 5 octobre dernier, Romain Terrain est revenu sur le terrain palier les défaillances de Henri Tuilagi et Dimitri Basilaia, en toute fin de match.
-L’Histoire retiendra donc (peut-être) que le 12 octobre 2014, l’Usap a titularisé un talonneur en troisième ligne et que ce talonneur est Romain Terrain.
-La solution est-elle insolite ?... Eh bien non. Non, non et non !… Le 17 septembre 1967, l’Usap joue le deuxième des matchs du Challenge Jules-Cadenat jamais programmés dans son Histoire. A Gilbert-Brutus. Devant un Rc.Narbonne commandé (pour la toute première fois) par Walter Spanghéro (Oualtère himself).
-A qui l’entraîneur catalan du moment (Jean Carrére) accorde-t-il sa confiance pour jouer le derby ?… René Aspart : Jean Ponsaillé, Daniel Huillet, José Calle, Clément Grau : (o) Jo Maso, (m) Daniel Roger : x, x, x : Christian Matkowski, Jean-Gazeilles : Jean-Pierre Cala, Jacques Moliner et Joseph Billés... Qui se cache derrière ces trois « x » énigmatiques qui composent la troisième ligne ? Qui ? Quelle mouche a piqué le formidable maître es-rugby qu’était Jean Carrére ? Le goût de l’innovation ? L’envie de l’insolite ? Cette nécessité qui fait force de loi ?
-La composition de la troisième ligne, je te la donne en mille, Emile. Tu ne trouveras pas… Alors, j’y vais… Raymond Rebujent est sur un côté ; Jean-Michel Esponda est de l’autre. Frédéric Ologaray est au centre. T’as vu le coup ? Un talonneur (R.Rebujent) et deux piliers (F.Ologaray et J-M Esponda) en troisième ligne ! Il fallait oser oser tant elle est olé olé ! Et pourtant, même si l’Usap a perdu sur son herbe, 11 à 14 (1 essai de D.Huillet, 1 transformation et 2 pénalités de R.Aspart), cette troisième ligne aussi expérimentale qu’éphémère a été efficace. Elle « a tenu son rang. » Citée par la Presse. Bravo, les mecs !

Jo Socdelac